| 3 Mars 2022

Le Grand Paris et le défi du logement

Rédigé par Fanny Hubert

On entend parler du Grand Paris depuis un certain nombre d’années sans savoir vraiment à quoi cela ressemble.

Imaginée en 2014 par la loi MAPTAM (Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles) et officiellement créée en 2016, cette nouvelle Métropole est un projet ambitieux qui vise à réinventer la capitale à la fois socialement, économiquement et urbainement. Elle regroupe 131 communes sur 814 km2 et accueille 7,2 millions d’habitants


Son objectif est de rééquilibrer les territoires, agrandir le réseau de transports et aboutir à la création de 70 000 logements par an. Or, ce dernier objectif peine à être une réalité. En effet, il y a une véritable crise du logement qui paralyse tout le Grand Paris. C’est notamment ce qu’ont soulevé les participants au Sommet du Grand Paris organisé par la Tribune et qui a eu lieu le 21 septembre dernier. Pour Cédric Blanchet, président de la Chambre des notaires de Paris, « malgré la mobilisation des acteurs du secteur du logement, c’est sans doute ce sujet qui pénalise le plus fortement la qualité de vie des franciliens. »


high-rise buildings during daytime

Une attractivité forte mais un manque cruel de constructions


D’où vient le problème ? Ce n’est d’abord pas une question d’attractivité puisque le Grand Paris arrive en tête des métropoles les plus attractives, devançant le Grand Londres pour la première fois en 2021. La capitale reste aussi très touristique et les grandes entreprises s’y implantent sans trop de difficultés. Mais ces atouts ne semblent pas suffire. Dans l’esprit de la population, le Grand Paris se développe surtout en souterrain et ressemble principalement à des travaux qui n’en finissent plus pour prolonger les lignes de métro. 


En outre, la Métropole pâtit d’un manque de constructions qui touche tout l’Hexagone. En 2020, le nombre de permis de construire a baissé de 20% et reste cette année en dessous des objectifs, surtout dans les zones tendues qui manquent de logements collectifs. Cette pénurie provoque une hausse des prix qui empêche les ménages de se loger correctement et creuse les inégalités. On compte 1,2 millions de personnes mal logées rien qu'en Île-de-France. Parmi elles, 33% vivent dans des bidonvilles, selon les chiffres de la Fondation Abbé Pierre. Enfin, la crise sanitaire liée au Covid-19 n’a pas aidé à inverser cette tendance. 


Pour résoudre ces différentes problématiques, Christine Leconte, présidente du conseil de l'ordre des architectes, propose de construire « à partir de l’existant ». Cela passe notamment par un réaménagement des friches, par une transformation de bureaux vides et par un réorganisation des quartiers de gares qui doivent accueillir plus de logements. Alors que le Grand Paris devait dessiner tous ses contours à l’horizon 2024 lors des Jeux Olympiques d’été qui auront lieu dans la capitale, les acteurs du marché visent désormais 2030 pour faire de la Métropole une intercommunalité accessible à tous et où il fait bon vivre. Pour finir sur les mots de Cédric Blanchet, « pour que le Grand Paris réussisse, il doit être une ambition partagée par tous, au-delà de l’Île-de-France, il doit être une ambition pour la France ».

Ublo améliore la gestion locative

Demandez une démo.

Découvrez plus d’actualités sur notre blog.



Envie de tester ?
Commencez votre essai aujourd'hui.

Améliorer la gestion locative avec Ublo.